Une consommation au beau fixe pour la France

Beaucoup se rappellent encore de la fréquence d’augmentation de la consommation de l’énergie qui montait avec la croissance économique. Il en était de même pour les équipements de chauffage électrique, ainsi que le déploiement des centrales nucléaires. L’année 2011 a été l’année de la stabilisation. Selon le Bilan Electrique Français, la demande a régressé de 0,4% en 2014.

Une stabilité bienvenue

Par rapport à la production Française de l’année 2013, celle de 2014 a connu une baisse significative de 1,8%. Un peu moins de 20 % de la consommation totale a été assurée par les éoliennes, les fermes solaires et centrales biomasses, ainsi que par les barrages hydroélectriques.

Cette année a également apporté une nouveauté de taille, car c’est bien en 2014 que la production d’énergie thermique fossile a été moins importante que la production d’énergies renouvelables. La RTE souligne que l’usage de fioul, de gaz ainsi que de charbon a diminué de 40 %.

Une réglementation plus claire

Les dispositions économiques favorables ainsi que la clarification du dispositif règlementaire expliquent cette montée en flèche de l’utilisation des énergies renouvelables. En effet, les capacités de production photovoltaïques et éoliennes ont augmenté d’environ 1 900 MW grâce aux conditions observées en 2014.

La production éolienne atteint à présent les 9 100 MW : un chiffre encourageant, même s’il est encore loin des 19 000 MW que le gouvernement s’est fixé comme objectif pour 2020. La production photovoltaïque, quant à elle, est de 5 300 MW.

Grâce à cette belle avancée dans l’utilisation de l’énergie renouvelable, la France gagne de précieux points dans la lutte durable contre le changement climatique. La nouvelle est d’autant plus appréciable que la production et la demande d’énergie fossile connaissent une baisse constante et généralisée.

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*