Poser son tableau électrique soi-même, pas si simple…

Poser un tableau électrique peut paraître évident pour certains d’entre nous, mais pour la majorité il s’agit de quelque chose de complexe. Le mieux est donc de demander à un électricien de le faire.

Néanmoins, pour ceux qui souhaitent le faire eux-mêmes voici quelques conseils. Ce tutoriel n’est pas sans rappeler notre article sur la réussite de son installation électrique à domicile.

 

Les étapes à respecter

Que ce soit pour une première installation ou pour remplacer un tableau plus aux normes ou usé, il est impératif de respecter les règles suivantes.

N’oubliez pas que le tableau électrique et le compteur EDF sont indépendants.

La première chose à faire est de couper l’alimentation générale d’électricité au disjoncteur d’abonné. Il faut être sûr que toute l’électricité est coupée. Ensuite, il faut s’équiper de tout le matériel indispensable : le tableau avec sa gaine, un disjoncteur différentiel de 30 MA pour chaque rangée, des disjoncteurs divisionnaires au nombre des circuits à protéger, un parafoudre (uniquement pour les régions à risque), des barrettes de connexion et des ponts de transition.

Concernant les outils il faut : les tournevis adaptés à chaque vis, une pince coupante, une pince à dénuder, une perceuse-visseuse, et un rouleau de scotch de masquage.

 

Fixer le tableau électrique au mur

Débutons l’installation en fixant le tableau au mur et en le vissant. Puis, il va falloir installer le parafoudre sur la partie gauche de la première rangée, suivi par le disjoncteur différentiel et par les disjoncteurs divisionnaires nécessaires.

Selon la norme, il faut 2 disjoncteurs différentiels pour une surface de moins de 35 m². La puissance des disjoncteurs divisionnaires va dépendre des appareils concernés.

Ne perdez pas de vue que la taille de votre tableau électrique dépend de votre nombre d’appareils. A ce titre, optez pour un tableau électrique adapté, mais gardez en tête qu’il est toujours pertinent de conserver 30% de réserve pour des ajouts futurs.

 

Installer les barrettes de connexion

Ensuite, il faut mettre les barrettes de connexion et raccorder le réseau électrique au tableau en respectant les différentes couleurs de fils. Il faudra terminer en vérifiant l’installation.

Vous l’aurez compris, il n’est pas simple d’installer soi-même son tableau électrique. De plus, les risques peuvent être dangereux en cas de mauvaise installation.

Nous vous conseillons donc de faire un tour sur l’annuaire des électriciens afin de trouver un professionnel proche de chez vous. Il saura installer parfaitement, rapidement et sûrement le tableau électrique. Il vaut mieux privilégier un travail de qualité un peu plus cher que d’essayer de le faire soi-même avec les risques que cela comporte.

 

Comment est composé un tableau électrique?

Le tableau électrique est un élément qui peut paraître compliqué pour un novice. Pourtant c’est en quelque sorte la gare où vont se retrouver tous circuits composant le réseau électrique du logement.

Tout passe par ce tableau et c’est à partir de celui que l’on va pouvoir connecter ou déconnecter les différents éléments de notre réseau électrique. Il est donc particulièrement intéressant de comprendre comment il fonctionne et de connaître les normes qui le régissent.

Composition du tableau électrique

Rien n’est fait au hasard dans cet assemblage, et chaque élément à une place bien précise. En général, on décompose le tableau en 6 éléments différents, dont certains peuvent être présents en plusieurs exemplaires bien évidemment.

Ce sont des composants possédant un certain nombre de broches sur lesquelles vont être branchés les différents éléments du tableau appelés appareils modulaires :

  • interrupteur différentiel
  • disjoncteur phase/neutre
  • disjoncteur d’abonné
  • parafoudre
  • appareils de gestion de la consommation
  • appareils de gestion de l’éclairage

N’oublions pas le bornier de terre qui assure la connexion entre la prise de terre et le reste de la connexion.

Détail des appareillages modulaires

Sans évoquer ceux utilisés pour la gestion de la consommation et de l’éclairage que l’on ne retrouve pas sur tous les tableaux électriques, il faut revenir sur les 4 autres principaux appareils modulaires :

  • Interrupteur différentiel : il consiste à détecter les fuites de courant issues de défauts d’isolement. Dès lors qu’il en repère une, il va couper l’alimentation du circuit qu’il protège. Il faut au minimum un interrupteur différentiel par 35 m² de superficie du logement. Cependant, pour la salle de bain et les circuits renvoyant à des appareils comme le lave-linge ou le lave-vaisselle, un interrupteur différentiel par circuit est conseillé.
  • Disjoncteur phase/neutre : Il sert à prévenir les risques d’incendie et lorsque le circuit chauffe trop. Il va alors couper l’alimentation du circuit en cas de défaut. On place un disjoncteur par circuit.
  • Disjoncteur d’abonné : c’est le disjoncteur principal, c’est-à-dire qu’il est placé à l’arrivée de l’alimentation sur l’ensemble du tableau électrique. Il va limiter la consommation d’électricité à une certaine puissance pour éviter le surchauffage et détecter les fuites d’isolation.
  • Parafoudre : obligatoire uniquement dans certaines régions à forte densité de foudroiement et les bâtiments possédant un paratonnerre, il va permettre de protéger les équipements contre la foudre.

Norme du câblage et de la gaine

Un tableau électrique doit respecter des normes précises quant à ses appareils modulaires, mais aussi au niveau de son câblage et de sa gaine.

norme-electriqueLa norme NF C 15-100

Pour toutes les logements neufs et les rénovations, c’est désormais la norme NF C 15-100 à laquelle il faut se référer. Cette norme impose notamment que le tableau électrique soit positionné dans une gaine technique logement (GTL), c’est-à-dire un emplacement en plastique spécialement conçu pour. C’est cette gaine qui va regrouper toutes les arrivées de courant comprises dans le tableau électrique, mais aussi le compteur électrique.

Une histoire de câblage

En ce qui concerne le câblage il doit être contenu dans un boîtier d’un volume de 450 x 150 mm  pour tous les logements dont la superficie fait moins de 35 m², et un volume de 600 x 200 mm pour les logements d’une superficie supérieure à 35 m².

Les différents éléments comme le tableau électrique doivent être placés entre 1 m et 1,80 m du sol.

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*