Énergie verte et éclairage public

Des économies pour la planète et le contribuable

Le 12 novembre 2015, la Maire de la ville lumière a dévoilé un plan « inédit » dont l’objectif est la transition énergétique dans la capitale. Le projet présenté par Anne Hidalgo marquait encore une fois l’importance des grandes villes dans la lutte contre le réchauffement climatique

Pour illustrer cette affirmation, Madame la maire a mis en évidence l’évolution des agglomérations en ce sens.

De nouvelles mesures pour 2016

L’année 2016 n’arrivera pas seule. En France, l’année sera marquée par l’adoption d’une énergie entièrement renouvelable dans la capitale. Cette nouvelle mesure concerne les éclairages publics, et par extension les bâtiments municipaux. 

Le projet ne débutera pas au hasard, car son arrivée confirme la fin de la vente d’électricité à tarif règlementé. La mise en place d’une alimentation en énergie verte est aussi une façon pour l’administration parisienne de signifier le renouvellement de ses contrats avec ses fournisseurs.

Des prestataires qui devront obligatoirement procurer une énergie respectueuse de l’environnement.

Une énergie verte pour des prix moins onéreux

L’énergie qui alimentera Paris sera donc entièrement renouvelable. Direct Énergie et EDF, les principaux fournisseurs de la municipalité, promettent d’offrir une énergie certifiée et homologuée. L’électricité distribuée aux installations publiques sera produite par des dispositifs solaires et hydrauliques, ou encore par des éoliennes.

La nouvelle mesure n’aura pas pour unique avantage d’être écologique : elle sera aussi économique, car elle permettra à la capitale française d’épargner sur le budget alloué aux factures d’électricité.

Dans le cadre de la modération des consommations énergétiques, le choix d’alimenter la capitale en énergie verte devrait encore alléger les dépenses de l’État. Des dépenses qui ont considérablement baissé depuis que les équipements ont été rénovés.

Une réintroduction de la production sur le sol français

La municipalité n’envisage pas de convertir entièrement l’électricité de Paris en énergie renouvelable dès l’adoption de la nouvelle mesure. L’État espère néanmoins réintroduire la production énergétique sur le sol français.

Une réintroduction qui se fera par étape, et qui comprend la mise en place des dispositifs hydrothermiques et géothermiques sur le toit des immeubles.

Si dans un premier temps ces équipements devront assurer l’alimentation d’un nombre limité de bâtiments, le système pourra être développé sur le long terme.

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*